LES ACTIONS REUSSIES AVEC SUCCES

Rénovation des 4 chambres des enfants términées !!!

Rénovation des 4 chambres des enfants términées !!!

dans LES ACTIONS REUSSIES AVEC SUCCES

VENDREDI 31 JANVIER 2014 : C’est officiel, les travaux sont terminés !

Les quatre chambres des enfants, l’ensemble des couloirs ainsi que les deux cuisines ont été entièrement rénovés, du sol au plafond !

Les parents et leur enfants ont retrouvé dans la joie et les pleurs un étage flambant neuf ! C’est un grand moment d’émotion que nous avons partagé ensemble !

Je veux que vous soyez heureux et fiers car c’est aussi grâce à vous si ce projet a put se réaliser !

Deux mois de chantier, quatre ouvriers à plein temps, 2337.12 € dépensés et un rêve devenu réalité !

L’espoir que vous avez mis dans le cœur de chacun n’a pas de prix ! Vous avez semez de l’amour, attendez vous à récolter de l’amour dans vos vies !

L’association va continuer à œuvrer pour ces enfants car il y a encore beaucoup à faire ! Nous avons décidé de faire le bien et de revêtir l’amour, car c’est là, le vrai sens de la vie, “aimer son prochain comme soi même” (Galates 5:14).

Cliquer sur l’image ci-dessous pour accéder à l’album Photo :

 

IMG_0495 [Résolution de l'écran]

(Rappel du début de la mission) :

C’est officiel, enfin, les travaux débuteront le 10 Décembre prochain et s’étaleront sur un mois, pendant la fermeture annuelle du centre.

Le coût total des travaux, comprenant le salaire des 4 ouvriers et l’achat des matériaux avoisinera 2300 € T.TC.

Nous serons deux à nous relayer sur place pour superviser les travaux, soutenir et aider au besoin.

Votre soutien est important, plus que jamais, pour cette mission d’une importance capitale pour les enfants. Aidez-nous en faisant un don. Merci.

Cliquer sur l’image ci-dessous pour accéder à l’album Photo :

IMG_9025 [Résolution de l'écran]

Aram chante pour nous

Aram chante pour nous

dans LES ACTIONS REUSSIES AVEC SUCCES

Lundi 18 Novembre 2013, il est 14 h

Je suis reçu par Laura, la directrice du centre de Rééducation. C’est autour d’un bon café Arménien que nous dessinons le projet de rénovation des 4 chambres des enfants et du couloir. Emma est présente également ! La responsable du personnel, toute de bleue vêtue nous apporte également ses précieux conseils logistiques. 

Les choses n’ont pas vraiment bougés ici. Tout est vétuste, du sol au plafond hormis les lits neufs que nous avons offerts aux enfants l’année dernière !

« Si le projet abouti, nous serons les plus heureux au monde, avec les parents des enfants. Merci de ne pas nous avoir oublié ! »…
…me dit Emma.

Timidement, Laura m’apprend qu’il y a encore 6 lits à changer au rez-de-chaussée. Je lui demande pourquoi elle ne m’en avait pas parlé plus tôt ! Elle me répond qu’elle n’avait pas osée me le dire l’année dernière. Elle, ainsi que tout le personnel du centre étaient tellement ravis de voir la totalité des lits du 1er étage renouvelé. Elle n’avait pas osé me montrer les 6 restants, car elle ne voulait pas « abusée » de notre générosité.

Je lui réponds qu’il n’en ait rien et que nous allons tenter de trouver les fonds nécessaires pour changer les 6 lits restant !

C’est alors qu’Aram fait son apparition dans le bureau de Laura. Tout juste âgé de 11 ans, ce jeune homme assis dans son fauteuil roulant nous nargue de son plus beau sourire ! Lorsque nous lui annonçons que nous allons rénover les chambres, Aram éclate de joie et nous propose de chanter quelques chansons, pour nous remercier de cette initiative ! Un grand moment intense en émotion.

Après lui avoir demandé son accord, je sors ma caméra pour filmer la performance de ce petit bout de 11 ans ! Simplement Inoubliable !

Vous pouvez voir la vidéo d’Aram en cliquant sur le lien suivant :

Aram chante pour nous

Laura doit recevoir de nombreux parents d’enfants handicapés, aussi, le temps presse ! Après un dernier tour des chambres à l’étage, nous nous mettons d’accord sur l’avancée de la mission pour les jours à venir.

Mes amis, vous en saurez un peu plus très bientôt !

Opération “Sortie pour les Orphelins”

Opération “Sortie pour les Orphelins”

dans LES ACTIONS REUSSIES AVEC SUCCES

Samedi 27 Octobre, il est 10 h

C’est dans une ambiance chaleureuse et très conviviale que nous faisons la rencontre des Treize Orphelins, âgés de 10 à 15 ans pour la plus grande !

Le RDV avec le bus est donné dans les hauteurs de Erevan. Je sens beaucoup d’excitation et de joie chez ces jeunes enfants, qui ne sont pour la plupart, encore jamais sortit de l’Orphelinat cette année.
Le chauffeur arrive avec une bonne demi-heure de retard mais cela ne nous étonne pas vraiment ! Nous savons que les Arméniens ont cette réputation de souvent arriver en retard. Aussi, lorsque nous le lui faisons remarquer sur le ton de la plaisanterie, ce dernier éclate de rire en acquiesçant d’un grand sourire !

Nous prenons donc la route vers Aghveran, une petite ville au calme, dans les montagnes environnantes.

Je vous laisse imaginer l’ambiance dans le mini-bus. Les enfants, accompagnés de deux enseignants et de l’animateur chantent à tue-tête, des chants Arméniens, Anglais et même Français !
Le voyage se passe donc merveilleusement bien et nous arrivons deux heures plus tard au petit village de vacance, situé à plus de 2000 mètres, au somment d’une colline. Le temps est resplendissant !

L’excitation est à son comble !!! Les enfants ramassent leurs affaires et s’empressent de faire la connaissance avec leurs quartiers ! Des cris de joie fusent par ci, des embrassades par là !

Cliquer sur l’image ci-dessous pour accéder à l’album Photo :

operation-sortie-pour-les-orphelins

Je retrouve mon amie Varthouïe, présidente de l’association « AREGAK » œuvrant pour les enfants ! Sans elle et sans vous, mes amis, mes proches, se projet n’aurait jamais vu le jour !
Nous sommes heureux d’avoir mêler nos effort et financer ensemble ce rêve pour les orphelins.
Il est déjà 13 Heures. Reçu par l’adorable propriétaire des lieux, nous nous dirigeons tous ensemble vers la salle de séminaire, qui se trouve également être celle du restaurant. Elle est immense.

Les enfants, sages comme des images, s’installent pendant que Varthouïe leur fait découvrir le programme du week-end.

En résumé, le séminaire se déroulera sur un jour et demi. Trois ateliers, deux le matin, l’autre l’après midi, permettront aux enfants d’être sensibiliser sur le thème de l’écologie. Si le timing le permet, nous aborderons également le sujet de « l’Internet », ou comment l’utiliser efficacement.
Après un bon déjeuner très convivial, les enfants sortent quelques minutes s’aérer un peu et profiter du temps radieux mais il est déjà l’heure de commencer le premier atelier !
Dans une discipline incroyable, chacun regagne sa place. L’équipe encadrant les enfants met à leur disposition plusieurs ordinateurs portables, cahiers et crayons.
Pendant le premier atelier, consacré à un « état des lieux » de notre planète, je prends le temps d’observer ces enfants, les filmer et je vois dans leur yeux la soif d’apprendre, comprendre et participer.
Le temps passe toujours aussi vite et l’atelier prend fin deux heures plus tard. Objectif réussi ! Il y a eu beaucoup d’échange, une belle réflexion, une prise de conscience et les outils pour améliorer la situation actuelle, à commencer par Erevan. (Le thème du premier module traitait de l’utilisation massive des sacs plastiques, leurs impacts sur l’environnement et comment apporter le changement dans les mentalités).

« Allez vous amuser à l’extérieur pendant que nous allons préparer un grand barbecue » lance un des responsables. « Qui veut m’aider ? » Tous répondent présent !

Nous profitons de cet instant pour faire un rapide bilan avec Varthouïe et les enseignants. Il est positif tant les enfants ont participés et échangés entre eux. L’objectif qui consistait également à leur faire oublier l’orphelinat le temps d’un week-end semble être sur la bonne voie.
Nous passons à table en fin d’après midi. Tous les adultes se lèvent et applaudissent les apprentis cuisiniers, qui ont fait de l’excellent travail !
La première journée s’achève donc sur une note très positive et il en sera de même pour Dimanche !

Tous, enfants comme adultes, savons que nous allons devoir nous dire « au revoir » ce soir mais la joie reste dans les cœurs !

Aujourd’hui encore, les ateliers traitant de l’écologie plaisent aux enfants, tant leur niveau d’implication est élevé. En les regardant, je sens déjà en moi de la nostalgie mais c’est ainsi et il faut profiter du moment présent !
En fin de journée, ce sont les applaudissements qui viennent remplir la salle de séminaire. Beaucoup de joie, de sourire et des larmes aussi mais je pense que pour tous, ce week-end restera gravé longtemps dans les mémoires.

En tant que président de l’association Terres d’Ailleurs, je tiens à remercier très sincèrement chacun de mes amis (et ils sont nombreux, Dieu merci) d’avoir permit à ces orphelins de vivre cette belle expérience !

C’est la première mission ou nous ne sommes pas confrontés à des enfants handicapés mais il me paraissait important de répondre « présent » lorsque Varthouïe m’a demandé notre soutien.

Un enfant est ce qu’il y a de plus beau, de plus grand au monde ! Nous l’étions nous aussi. C’était hier. Que sommes nous devenu ? Ou est passé cet enfant, en nous ? Et si nous le laissions refaire surface, éternellement…

Un lit pour Sona et Eduard

Un lit pour Sona et Eduard

dans LES ACTIONS REUSSIES AVEC SUCCES

Samedi 12 Octobre 2013

Grâce à vous, Sona, 4 ans et son grand frère Eduard, 15 ans, ne dormiront plus à même le sol ! Il aura fallu un seul message via un réseau social pour que le lit soit financé ! Merci à Kris Corsini pour ton don et ta solidarité !

Le lit livré directement chez la maman des enfants, Christine, a mis un large sourire sur le visage de toute la famille ! Les enfants ne s’attendaient pas à ce cadeau inattendu !

Un repas de Noël pour Manig

Un repas de Noël pour Manig

dans LES ACTIONS REUSSIES AVEC SUCCES

Samedi 29 Décembre 2012

J’attends impatiemment Manig pour lui annoncer la bonne nouvelle : Nous allons réaliser son souhait si cher à son cœur, lui permettre de passer la soirée du 31 Décembre avec ces 4 petits-enfants, autour d’une grande table garnie d’un vrai repas.

Il est 14H15 et là voilà. Elle marche doucement. Elle ne va pas bien. Elle est fatiguée. Je m’empresse de lui dire le programme qui l’attend pour lui remonter le moral. Nous allons faire des courses de fin d’année et acheter les cadeaux pour ses petits enfants. Manig ne peut pas retenir ses larmes et s’effondre dans mes bras.

Je me mets à pleurer à mon tour. Je lui explique que l’association Terres d’ailleurs.fr lui fait un don, d’un montant de 295 euros. Beaucoup de monde s’est mobilisé pour elle, vous, mes amis.

Manig retrouve un peu de force mais nous devons tout de même prendre un taxi pour nous rendre au supermarché, situé à peine 200 mètres plus haut.

Arrivés sur place, le monde fou à l’intérieur du magasin et la chaleur environnante provoquent un malaise chez mon amie. Les salariés s’empressent de lui amener une chaise et de l’eau. Quelques minutes plus tard, Manig se lève et nous commençons doucement à remplir le caddie. Elle me demande sans cesse la permission de prendre tel ou tel article mais je lui réponds qu’elle ne doit pas hésiter à prendre ce dont elle a envie.

Une des salariés du magasin, m’ayant entendue parler à Manig, là prends par la main et l’incite à acheter des produits dont elle n’a absolument pas besoin, tels que des bouteilles de Vodka ou des chocolats hors de prix ! J’explique gentiment à la jeune fille que notre priorité, c’est avant tout les fruits et légumes, les féculents et les jouets pour les enfants. Non seulement cette dernière ne tiens pas compte de ce que je lui dit mais en plus, fait venir 3 autres jeunes filles pour remplir notre caddie !

Nous nous retrouvons alors à la caisse une heure plus tard, avec une facture de 480 € à payer ! S’en est trop ! Je pousse une gueulante devant 20 personnes attroupés autour de nous, les vendeuses, les caissières, les salariés remplissant les sacs de courses ! (On m’expliquera un peu plus tard que les salariés travaillant dans les rayons sont payés à remplir et à ranger les articles mais surtout à vous pousser à la consommation !)

Je leurs explique de nouveau que notre budget est d’environs 300 € et que je ne peux pas aller au delà. Les filles commencent alors à vider les sacs de courses et je réalise qu’il y a de nombreux articles que nous n’avions pas mis dans le chariot, ni moi, ni Manig. Il en ressort ainsi une boite de chocolat, accrochez-vous bien, d’une valeur de 110 € !!! On continue avec un Ananas de la taille d’une balle de tennis à 15 €, puis un deuxième, etc, etc… !

Je regarde les 4 filles droit dans les yeux et leur exprime mon mécontentement…en hurlant ! Impossible de garder mon calme ! Le manager du magasin essaye de me résonner mais c’est plus fort que moi ! Je leur explique de nouveau la priorité, qui était d’acheter un maximum d’aliments et les jouets pour les enfants. Les filles ne savent plus ou se mettre ! « Vous essayer de nous voler ? J’arrive de France pour aider une vieille dame qui habite dans la rue et vous trouvez que c’est une façon de faire ? J’ai honte de vous !!! »

Résultat, Manig refait un malaise ! Nous sommes maintenant entourés par une centaine de personnes. J’essaye vraiment de garder mon calme mais c’est hélas impossible ! Je m’explique : La goutte d’eau qui a fait déborder le vase, c’est qu’il a fallu enlever les cadeaux des enfants ! Il fallait surtout aller très vite pour permettre à Manig de sortir prendre l’air ! Manig me rappelle que la priorité est la nourriture, « les cadeaux attendront ».

J’en ai les larmes aux yeux pour les petits. On s’était fait une telle joie de leur offrir quelques présents ! Manig me réconforte et me répète sans cesse que c’est déjà un grand bonheur d’avoir de la nourriture pour les semaines à venir.

En sortant du magasin, le manager vient à notre rencontre et nous propose de nous accompagner en voiture chez la fille de Manig. (Des amis absents quelques temps lui ont prêter un deux pièces afin que la famille ne soit pas à la rue) « Je tiens à m’excuser pour ce qui s’est passé » nous dit-il.  « Ne prenez pas le taxi, je vous accompagne ».

Nous montons dans sa voiture et arrivons à bon port 20 mn plus tard. Ce dernier nous aide à descendre les courses et me félicite d’avoir aidé Manig. Je lui réponds que de nombreuses personnes se sont mobilisées pour elle.

J’ai à peine le temps de ranger les quelques courses et boire un thé que je dois déjà reprendre la route pour Erevan. Manig insiste et veux à tout pris m’accompagner au centre ville. « Ça me permettra de passer un peu de temps avec toi et je veux t’offrir le taxi !! ».

Impossible alors d’avoir le dernier mot avec elle !

Le chemin du retour passe très vite et je m’empresse d’embrasser mon amie, en attendant de là revoir prochainement !

Je me rends alors dans un bureau de change convertir quelques Roubles Russe en Dram Arménien et je réalise alors que je n’ai plus mon porte-monnaie ! J’ai beau chercher dans mes poches, dans mon sac, rien. Je me rends au supermarché, peut-être est-il tombé dans la voiture du manager, là encore, rien. Rien non plus chez la fille de Manig. Tant pis, je dois me faire une raison. Soit on me là voler, soit je l’ai fait tomber par inadvertance.

Ce sont des choses qui arrivent. Il me reste en tout et pour tout 6 euros en poche pour terminer mon séjour.

Les 5 prochains jours se passeront finalement très bien ! Ma chère et tendre Araksya m’aidera à son tour.

Je vous écris depuis l’aéroport de Moscou, ou je suis en transit. Je dois y aller car l’avion décolle dans 30 mn. J’espère avoir été le plus juste possible dans mes récits aussi, si vous avez des questions ou autres, n’hésitez pas à m’en faire part.

P.S : Nous avons tout de même réussi à offrir à « Sona » la petite dernière de la famille, une belle peluche ! Merci une nouvelle fois à toutes et à tous pour votre solidarité !

Je vous aime et vous adresse de nouveau mes meilleurs vœux pour cette nouvelle année !!

Les enfants de “Noragyux”

Les enfants de “Noragyux”

dans LES ACTIONS REUSSIES AVEC SUCCES

Grâce à votre soutien, l’association “Terres d’ailleurs” a pu acheter 21 nouveaux lits pour les enfants handicapés du centre de rééducation de Noragyux.

Les photos de la mission sont disponibles en cliquant sur l’image ci-dessus.

Voici le récit de cette mission inoubliable :

Jeudi 21 Juin 2012

Le jour « J » est enfin arrivé. Je reçois un coup de fil en fin de matinée m’informant que les lits seront livrés dans l’après-midi ! Installé à la terrasse de l’Ani’s Plazza, je retrouve alors mon ami Philipe rencontré Mardi sur le tour du lac Sevan. Ce dernier s’installe à ma table et nous prenons quelques minutes pour discuter d’Erevan. En se levant pour partir, Philipe souhaite faire un don pour la mission pour les enfants et me tends alors un billet de 50 € ! Je ne sais plus quoi dire car je ne m’attendais pas à ce geste ici et  maintenant. Touché, je le remercie pour ce don et ce dernier me répète que c’est normal !

Philipe m’apprends que son avion pour Paris décolle demain matin très tôt. Nous sommes donc contraints de nous quitter ici mais j’espère très sincèrement que nos routes se recroiseront à nouveau.

Je m’empresse de payer la note et déjeuner sur le pouce, file acheter des gâteaux pour les enfants et sautent dans le premier taxi en direction de l’hôpital! Je veux à tout prix être sur place à l’arrivé du livreur pour pouvoir prendre en photo les lits et les matelas. Je devrai également contrôler que les produits correspondent bien à notre commande et sont de bonnes qualités.

Les chauffeurs de taxi d’Erevan sont plutôt du genre curieux et se révèlent être très sympathiques si ont fait l’effort de parler Arménien. Nous arrivons à bon port après 30 mn de courses dans une circulation dense. Je remercie « Garen » et m’empresse de rejoindre « Laura », la directrice de l’hôpital.

L’ayant prévenu ce matin de l’arrivée des nouveaux lits, cette dernière a déjà fait démonter les anciens ! Je retrouve donc deux chambres entièrement vidées et c’est une sensation étrange mais agréable qui s’empare de moi.

Un changement a lieu ici, un grand changement. Je me sens bien. Un sentiment de satisfaction et de joie mêlés à de l’excitation parcourent tout mon corps. Je reviens néanmoins rapidement à la réalité et m’empresse d’aider les livreurs à monter et assembler les douze lits. A quatre, nous mettons moins d’une heure à effectuer ce travail.

Les enfants, surtout les touts petits ne comprennent pas tout ce remue-ménage mais les mamans et les employés de l’hôpital sont fous de joie ! Aujourd’hui est un grand jour, un grand jour pour tout le monde ici !

J’ai à peine le temps de jouer  avec les enfants que je dois déjà partir avec les livreurs payer la facture pour les lits. Je donne donc RDV demain matin à tout ce joli petit monde. J’en profiterai pour ramener quelques biscuits pour ces petits anges et prendre de nouvelles photos des chambres.

Nous grimpons dans une camionnette défoncée vieille d’au moins 50 ans et prenons la route du dépôt. Je sens une sacrée pression sur moi car la totalité des dons, soit plus de 1000 €, est dans ma poche. Un tas de scénario plus tordus les uns que les autres défilent alors dans ma tête ! J’imagine une agression, au détour d’une des nombreuses ruelles que nous empruntons mais très vite, je me dis que tout se passera bien ! Après tout, je suis là pour une noble cause, une belle mission, alors je suis protégé et en effet, nous arrivons à bon port !

La facture acquittée, Valya, la gérante me remet un double afin que je puisse justifier des dépenses auprès des nombreuses personnes ayant fait un don à l’association.

De retour en taxi à Erevan, je m’empresse de retrouver Marta et sa famille pour leur faire part des dernières nouvelles ! Tout le monde est ravi que la mission se soit bien déroulée ! Je prends beaucoup de plaisir à raconter à mes proches le déroulement de cette après midi riche en émotion, et je peux lire dans leur yeux tout l’enthousiasme qui est également mien !

Vous pouvez cliquer sur la photo ci-dessous pour accéder à l’album photo de cette journée inoubliable :

IMG_8652 [Résolution de l'écran]

Vendredi 22 Juin 2012

Comme prévu la vieille, je retourne très tôt ce matin retrouver les merveilleux enfants auxquels je m’attache de plus en plus. Les biscuits distribués dans la bonne humeur, je retrouve Laura dans son bureau pour faire un point de la situation.

Avec mon amie Araz Artinian, Diana Muradova, et toutes les personnes nous ayant soutenue moralement et financièrement, nous avons contribué à ce que les touts petits soient enfin mieux pris en charge ! Il reste néanmoins 9 lits à changer et les murs à repeindre.

Nous espérons vivement faire ce changement dans le courant de l’année 2012.

Je retourne une dernière fois dans les chambres prendre quelques photos. Des touts petits sont allongés et dorment paisiblement dans les nouveaux lits. Comme hier après-midi, un sentiment de joie et de satisfaction traverse tout mon corps. Je prend le temps de vivre cette émotion dont j’avais tant besoin pour recharger les batteries.

Le personnel m’invite à prendre le café Arménien, que j’accepte volontiers. Dans la modeste salle réservée aux employés, une grande assiette remplie d’une dizaine d’abricot fraîchement cueilli occupe le centre de la table. Une des aides soignantes me propose gentiment de goûter à ce fruit, dont les locaux raffolent à cette période de l’année. Stupéfaction totale ! Je dois reconnaître que je n’ai jamais mangé d’aussi bons abricots de ma vie ! Un goût intensément sucré, une superbe couleur orangée et une chaire tendre… je comprends mieux l’engouement pour ce fruit !

Ce sont les derniers moments chaleureux que je partagerai avec ces personnes aux grands cœurs, avant mon retour en France prévu Mardi. Comme souvent, les « au revoir » s’éternisent et j’ai beaucoup de mal à partir. Je descends les marches accédant à la petite cour devant l’hôpital et me retourne une dernière fois. C’est dur, trop dur.

Je sens le chauffeur de taxi s’impatienter et je dois y aller ! Je saute dans la vielle voiture de conception Russe et claque la porte. Nous reprenons la direction du centre ville dans une circulation plus dense que jamais. Ma nostalgie gagnante est rapidement surmontée par l’enthousiasme du chauffeur à parler avec un Français, en Français qui plus est !

Ce dernier a habité 5 ans à Strasbourg et partage avec moi ces bons moments passés en Alsace. Nous faisons ainsi passer le temps en parlant de nos vies respectives.

Cliquez sur l’image ci -dessous pour accéder aux photos :

Les enfants, curieux et impatients

Mes amis, vous en saurez un peu plus très bientôt !

Association Terres d'Ailleurs © Copyright 2013
Merci de votre visite !